Nouveau thriller de Sébastion FITZEK le prodige allemand dans le milieu du polar.

C’est toujours avec beaucoup d’attente que j’ouvre un roman de cet auteur.Je n’ai jamais été déçue jusque là (Thérapie  et Ne les crois pas ).Alors qu’en est il de celui ci?

Le roman est construit habilement avec des chapitres intitulés :La Peur:Avant la Peur, Après la peur et même un décompte d’heures et de minutes avant la Peur.

Le livre commence très fort par,avec,consignée dans un dossier médical, l’hallucination d’une femme qui semble être torturée par un malade mental (rassurez vous ,pas de descriptions sanglantes mais S.Fitzek joue avec votre imagination en parsemant ces pages  de sensations plus que de descriptions proprement dites. )

Cette femme est retrouvée ,comme d’autres avant elle vivante, mais dans un état catatonique,sans réelle trace de maltraitance physique ,avec un papier dans la main comportant une énigme.La presse a surnommé ce psychopathe qui sème la terreur le Briseur d’âmes.

Au deuxième chapitre, »Aujourd’hui,10h14 Bien plus tard ,de nombreuses années après la peur » nous comprenons que ce que nous avons lu jusque là l’etait aussi par des étudiants ,des volontaires plutôt, car il s’agit pour eux de participer à une expérience (dont on ne connait pas le but) contre une somme d’argent ,expérience menée par un professeur dont on ignore le nom.Et c’est ici que Sébastien Fitzek ,en auteur talentueux ,relie son dernier roman à son premier Thérapie car il fait allusion à son personnage d’alors,le psychiatre Victor Larentz.On aurait retrouvé ce document dans son cabinet médical.Après discussion ,finalement seulement deux participants restent,un jeune homme et une jeune femme,Patrick et Lydia.Ils devront lire sans s’arrêter le dossier ,c’est là la contrainte de cette expérience.

Au troisième chapitre nous voilà replongés dans le dossier.Nous faisons la connaissance de Caspar,homme d’unequarantained’années,amnésique,interné dans une clinique spécialisée.Il est suivi par une psychiatre, Sophia,qui tente de lui faire retrouver la mémoire.

On y fait aussi la connaissance du personnel de cet endroit,directeur,médecins,infirmière,gardien, patients …Des flashs viennent troubler Caspar,mettant en scène une petite fille qui semble avoir besoin de lui, mais pas moyen de savoir qui elle est.

Dehors une tempête de neige sévit,rendant l’accès à la clinique extrêmement difficile et c’est ainsi qu’une ambulance a un accident alors qu’elle transporte un homme qui s’est auto mutilé,Jonathan Bruck.Caspar,alerté par un patient,Linus,constate que le réservoir de l’ambulance a été saboté,mais dans quel but et par qui? 

Dans la nuit,Caspar est tiré de son sommeil par Linus qui lui fait comprendre comme il le peut ,vu ses difficultés d’élocution, que Sophia a besoin d’aide.Et en se précitant pour la retrouver ,il rencontre Jonathan Bruck qui s’échappe de la chambre de la psychiatre.Et c’est ainsi que Caspar « reconnait » le visage de cet homme qu’il voit très souvent dans ses rêves(mais qui peut il être?) avant de découvrir le corps du médecin dans sa baignoire,dans le même état que toutes les victimes du Briseur d’âmes.Bruck et le psychopathe ne font qu’un! Ils sont donc tous enfermés dans la clinique en cette veille de Noel en compagnie d’un des plus plus grands psychopathes du moment…Et les cadavres commencent à s’amonceler….

 

Evidemment je ne vais pas vous en dire plus ,le thriller méritant grandement d’être lu,que dis- je dévoré! Difficile de le lâcher tant le suspense est distillé savamment ,au compte goutte,avec de brusques accélérations,des temps de repos quand on retourne au présent en compagnie de nos deux cobayes et de leur professeur ,un peu mystérieux.Progressivement,on s’achemine vers la solution ,on est happés,maintenus dans un état de tension comme dans un   livre de Stephen King (cité d’ailleurs,en clin d’oeil) et de Dennis Lehane pour Shutter Island .

Je ne peux que vous conseiller de lire également les « remerciements ».S.Fitzek nous explique à quelle source il est allé se renseigner sur les maladies psychologiques évoquées dans son livre.

Avec un zeste de malice il nous convie aussi à résoudre la dernière énigme ,pour peu qu’on se donne la peine de chercher un peu la réponse qu’il a dissimulée dans ses remerciements.

« On me jette lorsque je suis utile.On me récupère une fois que je ne sers plus« 

Bonne lecture! 

Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux. Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette souffrant d’un mal étrange, qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel: connaître la suite de son histoire.

 

 

De S.FITZEK j’avais déjà lu NE LES CROIS PAS et c’était en fait son 2ème roman.Quand j’ai trouvé  THERAPIE  à la médiathèque j’ai évidemment sauté dessus.Et heureusement!!

 

Comment vous parler de ce thriller sans dévoiler les choses? Je ne veux pas faire référence à d’autres thrillers que celui ci m’a rappelés furieusement (bien que ce ne soit pas du plagiat..) sinon vous comprendriez tout de suite….

 

C’est l’histoire d’un psychiatre Viktor Larenz ,renommé, dont la fille de 12 ans ,Josy,disparait du jour au lendemain,comme volatilisée.

On le retrouve 4 ans plus tard sur un lit d’hôpital psychiatrique ,sanglé comme quelqu’un de dangereux,parce que son esprit a refusé cette disparition (on n’a pas retrouvé le corps de la fillette) ,ce qu’on peut bien comprendre….

Il parle à un jeune psychiatre Martin Roth(très important ça pour la suite),de ces 4 années pendant lesquelles il était sur une ile ,retiré du monde, sa femme ayant réussi à retrouver rapidement les forces suffisantes pour continuer son travail .

Il fait alors la connaissance d’une jeune écrivaine ,Anna ,qui affirme souffrir d’une maladie :Tous les personnages qu’elle invente deviennnent réels et elle désire etre soignée par lui….

J’insiste sur le mot maladie car il n’y a rien de surnaturel dans ce roman.Nous sommes parfaitement dans le réel et nous avons affaire à des malades mentaux.

 

Vous aurez compris  très vite que son dernier roman met en scène la fille de Viktor qui se laisse peu à peu convaincre de s’occuper de ce cas car il veut à toute force comprendre ce qui c’est passé,si sa fille est en vie ou non…L’espoir est encore chevillé au corps et au coeur….

Et c’est un cauchemar qui commence alors pour le psychiatre….Les évènements s’enchainent à très grande vitesse ,vous êtes littéralement accrochés à votre livre car vous voulez connaitre la fin .Aucun temps mort ,fascination extreme au contraire…Et quand les dernières pages sont lues vous êtes tiraillés par un sentiment à la fois de tristesse et de satisfaction….

 

C’est vraiment un excellent écrivain Allemand que ce Sebastien Fitzek! Il frappe très fort,vous emmene avec lui,ne vous lache pas une seconde,parseme de petits mots ou petites phrases des indices que vous lisez sans vraiment comprendre et quand enfin ils sont assemblés à la manière d’un puzzle pour comprenez que  vous avez été menés en bateau….Tout ce qu’on aime dans ce genre de livre,non?