05. juin 2016 · 9 commentaires · Catégories: Manga · Tags: , , , ,

Tanigushi Cadeau de ma fille pour la Fête des Mères. Vous le savez déjà je suis plutôt fan de ce grand mangaka qu’est Taniguschi. Sa plume légère et délicate mais précise nous montre un Japon parfaitement réel. Avec lui, on est transporté sans souci dans une civilisation ,pour ma part, inconnue mais dont l’Histoire me fait rêver. 

Ces « rêveries » sont le deuxième tome (Je n’ai pas encore lu le premier, 11 ans les séparent)  sur la découverte  de la gastronomie japonaise. Ramen ,Su ramen et autres oden nous sont décrits par notre héros,représentant de son métier, qui profite de ses déplacements pour partir à la recherche des restaurants pas forcément connus et découvrir des spécialités. Découverte de la gastronomie japonaise mais aussi revisites de plats coréens et même italiens. Amoureux des pizzas, vous serez sans doute surpris mais pourquoi pas attirés…Taniguschi nous montre un pizzaiolo qui fait tourner une pâte.. J’ai aussitôt senti l’odeur , le craquant …Ensuite…. tout est affaire de goût …

Les descriptions des plats sont précises,au trait simple, les restaurants attirants dans leur naturel, bien loin de ce que nous pouvons voir en France. Une anecdote. Il faut savoir qu’à Tokyo, il ne faut pas entrer dans un restaurant dont la devanture est neuve…Il faut chercher celle qui ne paie pas de mine, qui ferait même hésiter , comme le héros d’ailleurs. Celle là, par sa vétusté, atteste de la qualité de sa nourriture dans une ville où les magasins et restaurants tournent beaucoup.Une petite surprise à la fin…..que je tairai bien entendu. 

Le rythme est lent mais c’est pour mieux goûter l’instant présent, savourer les plats dans un silence apaisant. Un moment de répit pour notre gourmet, même si un de ces repas a été houleux…Là aussi, je n’en dirai pas plus…

Une chose, cependant, m’a gênée..Le mot « gourmet ». Certes, il est avide de découvrir de nouvelles saveurs et de les déguster mais il m’a semblé un peu « boulimique » à tel point que , parfois,la digestion est difficile . Il me reste de la lecture de ce manga un arrière gout un peu amer, triste.Il aime être seul pour manger mais de là à être solitaire…et ne pas se contenter de son plat mais continuer à manger même s’il sent que c’est en trop…

Peut être est ce une caractéristique nippone ou bien de l’auteur lui même, en tout cas j’ai ressenti comme un malaise tout au long de cette lecture que je recommande malgré tout vivement.