026

 

Les bras des mères sont faits de tendresse; les enfants y dorment profondément 

Victor Hugo (Les Misérables)

 

[youtube]http://youtu.be/5ZUw78FXpG4[/youtube]

IMG_2107Les 18 ans de sa petite fille

Oui,deux ans que tu m’a quittée, que tu nous a quittés. Au fur et à mesure des jours qui passent l’angoisse monte et me noue la gorge un peu plus. Il va bien falloir affronter cette date du 29 mais je m’y prépare, avec cet article, deux jours avant 250sept 2011 (2)

J’ai toujours, malgré les mois qui passent, les mêmes images dans la tête, les sons , les odeurs. J’ai depuis quelques temps une colère (il parait que c’est une étape nécessaire pour « faire son deuil » ) doublée de chagrin qui m’envahit. Tu es partie trop tôt, maman!! Trop tôt pour toi , tu n’avais que 76 ans, mais aussi trop tôt pour moi car j’en ai des choses à te dire!! Sur ta petite fille qui avance dans la vie et qui me rend si heureuse et fière!

 Et sur moi, moi que tu as soutenue quand j’étais jeune, observée avec inquiétude tout au long de mon parcours, sachant très bien ce qui me tourmentait et créait un vide immense. Tu me connaissais si bien!  Et là, je pourrais te dire d’arrêter de te faire du souci, maman! Je pourrais te dire que j’ai enfin (re) trouvé mon port d’attache! 

Si tu n’étais pas partie si vite, tu aurais pu apaiser des regrets, des remords peut être, sans doute. Montrer ta facette humaine et non rigide,prononcer des mots de bienvenue et d’apaisement. Que de discussions tu manques!                    

 

Tu es partie si vite que tu es partie inquiète, tu es partie si vite que tu as manqué mon bonheur,, tu es partie si vite que tu ne sais pas que, pour une fois,  Jean Ferrat a eu tort , qu’on peut guérir de son enfance, tu es partie si vite que tu laisses un grand silence assourdissant.(Pris à Aragon que tu aimais tant) 

Tu aurais pu vivre encore un peu, Maman. 

[youtube]http://youtu.be/TZntJB-rL5E[/youtube]

Un sourire envers toi  avec ces fleurs que tu aimais tant

[youtube]http://youtu.be/QPlBNhbk5zU[/youtube]

 

 

 

Il faut tenir,voilà ce que je n’arrête pas de me dire.Il faut brider les pleurs qui menacent de me submerger au mauvais moment,brider les nausées qui montent de mon estomac noué en voyant les souffrances physiques de mon autre moi.

Carrer les épaules en entrant dans la chambre d’hôpital,avec ces odeurs mélangées de sueurs,sécrétions ,désinfectant.Mettre un léger sourire sur les lèvres et faire attention à ce qu’il monte jusqu’aux yeux car je suis scrutée le plus attentivement possible comme si elle voulait décrypter une vérité encore ignorée d’elle.

Et puis tenter d’apporter par de petits gestes insignifiants en apparence mais tant importants en ces moments là du réconfort,de la tendresse.Tenter d’apaiser un instant,un instant seulement, l’angoisse chevillée au coeur : »Mais qu’est ce que j’ai? « par des mots légers,par un peu d’humour..et c’est une victoire quand un sourire se dessine sur les lèvres gonflées et craquelées.

 

Craquer quand on entend ,dans le couloir,les pleurs d’une maman épuisée et à qui on tente de mettre une sonde gastrique rejetée par un organisme secoué de spasmes.Mais vite ,vite,essuyer les yeux,les rendre moins rouges pour qu’elle puisse s’accrocher à moi comme lorsque je le faisais à sa main ,vacillante et chancelante,la tenir fermement.La roue tourne mais pour certaines personnes elle est plus dure que pour d’autres.

Et puis chose mystérieuse…J’ai un double.Oui un double,un autre moi qui semble être au dessus de ma tête,penché sur mon épaule,silencieux mais attentif.Il  me regarde souffrir et tenter d’aider ,les organes en vrac ,et je sens à certains moments trop durs comme une porte qui se ferme doucement,pour m’environner et m’aider à supporter dans un brouillard ouaté  toute cette douleur physique et psychique,m’aider à parler avec le médecin encore perdu dans ses conjonctures mais qui ne cache pas la gravité de la situation…M’aider à l’entendre dire que « des investigations vont encore avoir lieu »,attendre les résultats….

Dédoublement étrange,perturbant mais sans doute nécessaire car il fait ,il faut tenir….

 

Je n’ai pas l’habitude de parler en termes  directs de mes problèmes..Mais j’ai ressenti le besoin de mettre par écrit cette angoisse ,née il y a quelques jours seulement.

Merci à vous tous et toutes qui m’avez lue.

 

Comme d’habitude je me tourne vers lui…..

 

[youtube]http://youtu.be/-1DsJ5YQr5s[/youtube]

et pour toi maman…. 

[youtube]http://youtu.be/KCSEwfqs-VM[/youtube]