Pour mettre dans mon couloir  à tendance « ethnique »je me suis acheté il y a quelques temps déjà un batik .

 

batik-mongolie.jpg

D’oû vient le batik ?
Le batik existe depuis plus de 2 siècles. Fabriqué selon des techniques traditionnelles précises, ce tissu a traversé les âges et les cultures sans subir de modification aucune. Le batik viendrait des archipels Malaises. Présent sur tous les continents, il se décline en plusieurs tissus et motifs. En Asie, il se porte en soie pour la Chine et le Japon et en coton pour l’Inde. L’Indonésie, et plus précisément l’île de Java, reste au sommet de l’art batik – le batik originel et traditionnel est une forme d’art de la famille Royale Javanaise.

Qu’est ce que le batik ?
Batik vient de l’indonésien « titik » qui signifie point. Le Batik est l’art de décorer un tissu par des dessins géométriques ou pas, offrant ainsi un large choix de motifs y compris fleurs et animaux. Différentes techniques permettent de varier les effets souhaités sur le tissu qui est teint – et non peint, à la différence de la peinture sur soie- après avoir été induit de cire.

Pour leur capacité d’absorption, le coton et la soie restent les tissus les plus communément utilisés. Le tissu va ainsi subir plusieurs opérations et sera successivement soumis à l’entassement, le sablage, le balayage, la technique de la couture (ou Shibori) ou le pochoir. Selon la taille, le nombre de couleurs à appliquer et les motifs, la fabrication d’un batik peut prendre d’une semaine à plusieurs mois. 
Si vous voulez en savoir plus rendez vous sur ce site

Celui que je me suis acheté vient de Mongolie

La flamme à trois branches symbolise  le renouveau, la famille, la vie passée,présente et future .

Cette flamme est représentée sur le drapeau Mongol  :le « Soyombo« soyombo-drapeau-mongol.pngmais là, la flamme à 3 pointes représente la prospérité de la nation présente, passée et future.Le feu, symbole de la continuité de la famille et du clan signifie ici : » Que le peuple mongol vive et soit prospère à jamais« 

 

L’idéogramme Soyombo : En 1686, le chef bouddhiste de Mongolie  » Undur Gegeen Zanabazar « , créa un alphabet constitué de 90 symboles graphiques formant l’idéogramme  » Soyombo « , dit aussi mandchoue. Les idéogrammes s’écrivirent de gauche à droite, de même que les écritures tibétaine et indienne. Ayant une calligraphie très sophistiquée et compliquée, l’alphabet ne fut pas utilisé partout. Très peu de livres et documents écrits en Soyombo existent de nos jours.Mais par sa beauté symétrique, le Soyombo fut utilisé souvent pour la décoration des monastères. Le premier idéogramme est aussi devenu le symbole de l’Etat mongol : imprimé de couleur or, il se trouve sur tous les documents officiels mongols.

Je vais vous parler du culte de l’Ovoo car je pense qu’il est en relation avec mon batik et puis même si ce n’est pas ça ,découvrir une autre civilisation ,j’aime et donc je vous fais partager. 

Le culte de l’Ovoo en Mongolie.

L’ovoo est un monument traditionnel associé à l’origine au culte des Montagnes et du ciel. Il prend le plus souvent la forme d’un tas de pierres, et se trouve typiquement au sommet des collines et des montagnes, ou de tout autre endroit sur élevé. Dans les régions où l’on trouve peu de pierres, l’Ovoo peut être constuit à partir de sable, de terre ou encore de branches d’arbres.

3975348587_c56b00e02d.jpg

Bien que de nombreux ovoos soient simplement édifiés comme des bornes au col des montagnes, la plupart sont considérés comme étant des monuments sacrés.

Un Mongol ne doit jamais passer devant un ovoo sacré sans s’arrêter. Il doit descendre de son cheval, faire une offrande à l’Ovoo (Soit placer de l’argent sur l’ovoo,soit l’asperger de Vodka ou de produits laitiers, soit couper quelques crins de la queue de son cheval et les attacher à l’ovoo). Il doit également y ajouter une pierre.

 

L’ovoos joue un rôle important dans les cérémonies du sacrifice. Généralement le culte de l’Ovoo se déroule à la fin de l’été. Au moment de la vénération, trois branches sont placées sur l’ovoo et des drapeaux, confectionnés à base de tissus ou de papiers et recouverts de textes religieux, sont noués à celles-ci.

 

3048441078_b293d368d9.jpg

Sur ou à proximité de l’ovoo, les fidèles brûlent de la genièvre en guise d’encens sur une rangée de 3 pierres menant à chacun des quatre côtés de l’édifice.

A proximité ou sur le sommet de l’ovoo, on allume un feu, et les fidèles font alors leurs offrandes de viande, produits laitiers, vodka ou airag. Ensuite un chaman exécutera une danse ou bien des lamas feront une lecture, les fidèles s’asseyant au nord-ouest de l’ovoo (de nos jours, l’implication croissante des moines dans la bénédiction des ovoos a fait fortement diminué la participation des chamanes dans ce rituel).

Une fois la cérémonie terminée, les fidèles se partageront la viande restante ainsi que les produits laitiers, laissant sa part à l’ovoo. Le festival de Naadaml ,occasion de concours d’équitation, de lutte ou de tir à l’arc, permet une immersion en ce monde ancien, dans lequel le bouddhisme a su s’accommoder de la persistance des anciennes croyances chamaniques…a longtemps été associé à une cérémonie de vénération de l’ovoo.

 

Pour mettre dans mon couloir  à tendance « ethnique »je me suis acheté il y a quelques temps déjà un batik .

 

batik-mongolie.jpg

D’oû vient le batik ?
Le batik existe depuis plus de 2 siècles. Fabriqué selon des techniques traditionnelles précises, ce tissu a traversé les âges et les cultures sans subir de modification aucune. Le batik viendrait des archipels Malaises. Présent sur tous les continents, il se décline en plusieurs tissus et motifs. En Asie, il se porte en soie pour la Chine et le Japon et en coton pour l’Inde. L’Indonésie, et plus précisément l’île de Java, reste au sommet de l’art batik – le batik originel et traditionnel est une forme d’art de la famille Royale Javanaise.

Qu’est ce que le batik ?
Batik vient de l’indonésien « titik » qui signifie point. Le Batik est l’art de décorer un tissu par des dessins géométriques ou pas, offrant ainsi un large choix de motifs y compris fleurs et animaux. Différentes techniques permettent de varier les effets souhaités sur le tissu qui est teint – et non peint, à la différence de la peinture sur soie- après avoir été induit de cire.

Pour leur capacité d’absorption, le coton et la soie restent les tissus les plus communément utilisés. Le tissu va ainsi subir plusieurs opérations et sera successivement soumis à l’entassement, le sablage, le balayage, la technique de la couture (ou Shibori) ou le pochoir. Selon la taille, le nombre de couleurs à appliquer et les motifs, la fabrication d’un batik peut prendre d’une semaine à plusieurs mois. 
Si vous voulez en savoir plus rendez vous sur ce site

Celui que je me suis acheté vient de Mongolie

La flamme à trois branches symbolise  le renouveau, la famille, la vie passée,présente et future .

Cette flamme est représentée sur le drapeau Mongol  :le « Soyombo« soyombo-drapeau-mongol.pngmais là, la flamme à 3 pointes représente la prospérité de la nation présente, passée et future.Le feu, symbole de la continuité de la famille et du clan signifie ici : » Que le peuple mongol vive et soit prospère à jamais« 

 

L’idéogramme Soyombo : En 1686, le chef bouddhiste de Mongolie  » Undur Gegeen Zanabazar « , créa un alphabet constitué de 90 symboles graphiques formant l’idéogramme  » Soyombo « , dit aussi mandchoue. Les idéogrammes s’écrivirent de gauche à droite, de même que les écritures tibétaine et indienne. Ayant une calligraphie très sophistiquée et compliquée, l’alphabet ne fut pas utilisé partout. Très peu de livres et documents écrits en Soyombo existent de nos jours.Mais par sa beauté symétrique, le Soyombo fut utilisé souvent pour la décoration des monastères. Le premier idéogramme est aussi devenu le symbole de l’Etat mongol : imprimé de couleur or, il se trouve sur tous les documents officiels mongols.

Je vais vous parler du culte de l’Ovoo car je pense qu’il est en relation avec mon batik et puis même si ce n’est pas ça ,découvrir une autre civilisation ,j’aime et donc je vous fais partager. 

Le culte de l’Ovoo en Mongolie.

L’ovoo est un monument traditionnel associé à l’origine au culte des Montagnes et du ciel. Il prend le plus souvent la forme d’un tas de pierres, et se trouve typiquement au sommet des collines et des montagnes, ou de tout autre endroit sur élevé. Dans les régions où l’on trouve peu de pierres, l’Ovoo peut être constuit à partir de sable, de terre ou encore de branches d’arbres.

3975348587_c56b00e02d.jpg

Bien que de nombreux ovoos soient simplement édifiés comme des bornes au col des montagnes, la plupart sont considérés comme étant des monuments sacrés.

Un Mongol ne doit jamais passer devant un ovoo sacré sans s’arrêter. Il doit descendre de son cheval, faire une offrande à l’Ovoo (Soit placer de l’argent sur l’ovoo,soit l’asperger de Vodka ou de produits laitiers, soit couper quelques crins de la queue de son cheval et les attacher à l’ovoo). Il doit également y ajouter une pierre.

 

L’ovoos joue un rôle important dans les cérémonies du sacrifice. Généralement le culte de l’Ovoo se déroule à la fin de l’été. Au moment de la vénération, trois branches sont placées sur l’ovoo et des drapeaux, confectionnés à base de tissus ou de papiers et recouverts de textes religieux, sont noués à celles-ci.

 

3048441078_b293d368d9.jpg

Sur ou à proximité de l’ovoo, les fidèles brûlent de la genièvre en guise d’encens sur une rangée de 3 pierres menant à chacun des quatre côtés de l’édifice.

A proximité ou sur le sommet de l’ovoo, on allume un feu, et les fidèles font alors leurs offrandes de viande, produits laitiers, vodka ou airag. Ensuite un chaman exécutera une danse ou bien des lamas feront une lecture, les fidèles s’asseyant au nord-ouest de l’ovoo (de nos jours, l’implication croissante des moines dans la bénédiction des ovoos a fait fortement diminué la participation des chamanes dans ce rituel).

Une fois la cérémonie terminée, les fidèles se partageront la viande restante ainsi que les produits laitiers, laissant sa part à l’ovoo. Le festival de Naadaml ,occasion de concours d’équitation, de lutte ou de tir à l’arc, permet une immersion en ce monde ancien, dans lequel le bouddhisme a su s’accommoder de la persistance des anciennes croyances chamaniques…a longtemps été associé à une cérémonie de vénération de l’ovoo.

 

Qu’est ce que la « pierre à savon« ? C’est une roche appelée « steatite« 

 

blanche ou verte ,parfois crême ,noire (perso je le trouve magnifique ce chat!) ou

 

rouge     plus dure que le calcaire mais cependant tres tendre et qui permet de magnifiques sculptures.Les Chinois s’en servent pour réaliser des sceaux dont on peut voir quelques exemples au Musee Guimet.

 

 

Cette pierre à plusieurs surnoms en dehors de « pierre à savon »:pierre à talc,(elle est composee de silicate de magnesium ,d’où provient le talc),pierre ollaire.(ce mot vient du latin « olla:marmite »)

 

En effet cette pierre a d’incroyables proprietes thermiques. Dans les pays nordiques, la pierre était chauffée et placée sous le lit.Dans certains endroits les cadres de fenêtres étaient faits en stéatite : Le soleil les rechauffait et la chaleur se diffusait ensuite dans la piece.On l’utilise aussi

 

pour la fabrication de casseroles,fourneau ou poeles .

Mais pourquoi est ce que je vous parle de la pierre à savon? parce que grâce à sa tendreté elle est aisée à sculpter…vous commencez à entrevoir où je veux en venir???

 

 

3395939793_541329708b.jpg

photo flickr

 

Nous partons aussi au Vietnam avec cette superbe sculpture d’un musicien

 Image Hosted by ImageShack.us