Je reviens de quelques,jours en Angleterre et le hasard des newsletters fait que j’ai vu chez Moissons de Rêves un article intitulé « Tom Pouce ». Si vous voulez savoir ce que contient son article, suivez le lien  😉

En tout cas,l’Angleterre et « Tom Pouce » m’ont fait immédiatement penser à cette comédie musicale et au film qui en a été tiré.

Tom Russ Tamblyn qui joue le rôle de « Tom Pouce »  fut deux ans plus tard « Riff » dans West Side Story

Amusez vous bien en regardant cette vidéo

 

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x6lyic_tom-pouce_shortfilms[/dailymotion]

robin Voilà….A 2h30 du matin , j’apprenais par un sms envoyé par ma fille partie aux USA une quinzaine de jours ,qu’un des acteurs Américain qui me fascine, m’émeut le plus a décidé que la vie ne valait plus la peine d’être vécue.

Robin Williams nous prive de son talent. Une tragédie humaine cachée sous le rire, la dérision,la réflexion parfois

[youtube]http://youtu.be/mPnKqOqtdB0[/youtube]

Pour l’humour

[youtube]http://youtu.be/wqZxZgZp340[/youtube]

 

Au revoir Monsieur

mandela

Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme (William Ernest Henley)

Je voulais rendre hommage à Nelson Mandela qui cette fois ne sera pas  » invictus » .Pas moyen de remettre la main sur la chronique que j’avais faite de ce superbe film qui nous dévoile un peu les dessous de l’arrivée au pouvoir de cet homme qui a tant lutté. 

Juste, à la fois pour ce film et pour Nelson Mandela, cette bande annonce

[youtube]http://youtu.be/PEO6-fe9qPA[/youtube]

J’aime le cinéma, l’humour, l’humour anglais( même si parfois il n’est pas facile à saisir) .J’aime encore plus Dustin Hoffman et l’opéra! 

 Cette fois, cet acteur talentueux passe pour la première fois derrière la caméra pour nous donner ceci

[youtube width= »640″ height= »480″]http://youtu.be/Xrl2bhoi31M[/youtube]

 Comment résister? Léoned, cette fois, pas de mouchoirs, je pense (Ouf! Enfin quelques économies…) Une plongée dans le monde du chant avec ses émotions, ses plaisirs, ses querelles. Une plongée dans le monde des artistes vieillissants mais dont la passion pour la vie et la musique est intacte,prêts à se battre pour conserver leur petit microcosme malgré les questions inévitables mais analysées finement  sur la vie, le vieillissement,la mort et l’amour.

Je suis ressortie de la séance le sourire aux lèvres et des airs plein la tête.

Un conseil: Restez à la fin pour voir défiler le nom des acteurs.De belles surprises vous attendent si, comme moi, vous connaissez le nom de certains artistes mais par leur visage.  Emotions garanties.

Un petit plus? Si vous êtes fan de Harry Potter (les films) vous retrouverez avec bonheur certains acteurs dans des rôles bien différents.

EDIT du 19/02/2013 

Si vous voulez entendre des extraits du film (et autres) rendez vous sur le blog de LEONED qui vient de faire un article sur le sujet!

 

 

 Je vous  avais parlé de la parution sur grand écran de LA comédie musicale de tous les temps, Les Misérables. Cette fois , on y est! J’y suis allée avec ma fille hier.

Je sais que certain attend ma chronique (il va même faire un commentaire déjà prêt, puisqu’il m’a devancée en allant le voir vendredi, sans avoir lu mon blabla, m’a t il prévenue! ) et puis de toutes manière je ne pouvais pas ne pas en parler.

Je vais d’abord parler musique et voix.Comme ça, le sujet qui « fâche » aura été traité.Je dis le sujet qui « fâche » parce que j’avais lu pas mal de critiques avant d’aller me rendre compte par moi même.Il y avait ceux qui ne savaient pas que le film était tiré de la comédie musicale , elle même tirée de l’oeuvre de Victor Hugo.Evidemment on peut comprendre que ça les ait surpris: « Tout est chanté! » Ben oui…

Il y a ceux qui savaient et qui n’ont pas supporté « la mauvaise qualité vocale » Là aussi , je pourrais dire qu’il paraissait évident que les voix ne pouvaient être de qualité égale à celles des artistes de comédie musicale sur scène.Ce sont des acteurs avant tout,certains avaient tâté de la comédie musicale parfois mais de là à dire qu’ils savent chanter…Car oui, n’en déplaise à Nagui (que par ailleurs j’aime bien en tant qu’animateur) chanter de la comédie musicale, ça s’apprend! Il y a même des écoles pour ça, dites donc!! Et tout le monde n’est pas capable de le faire .

Maintenant j’en arrive aux prestations vocales des acteurs. Hugh Jackman, Jean Valjean, se défend.Oh non, pas parfait mais là où il ne parvient pas à chanter les notes il  met son énergie de comédien qui fait qu’on se fiche du résultat vocal. Heureuse surprise pour son Bring him home, superbe air qui nécessite une technique à toute épreuve. Il ne l’a pas réussi aussi bien que Colm Wilkinsom que je vous ai mis en lien, loin, très loin, s’en faut mais je dirai de façon honorable.

Clin d’oeil également à la comédie musicale puisque c’est Colm Wilkinsom, le Valjean du Xème  anniversaire qui joue l’Evèque.Il a bien vieilli, la voix fragilisée par l’âge est bien loin d’être aussi belle qu’avant et une émotion supplémentaire s’en dégage.

La Fantine de Anne Hathaway est, elle aussi ,pas si mal.J’avoue avoir été complètement retournée au moment de sa mort. Son I dreamed a dream auparavant était plutôt bien.Interpreté avec justesse, une belle actrice qui n’a pas hésité à se faire taillader les cheveux en direct pour les besoins du film.

J’en viens à Russel Crowe, Javert.C’est hélas la plus mauvaise voix. Il a pourtant quelques notes interessantes mais c’est quand même éprouvant que de l’entendre.Son suicide n’est pas mal cependant,même si du point de vue mise en scène, on ne comprend pas le décalage entre sa dernière note, dernier cri devrais je dire de désespoir et sa décision de sauter.Habituellement c’est fait de façon conjointe ou presque.

Sacha Baron Cohen et Helena Bonham Carter ,Les Thénardiers, incarnent très bien ce peuple de filous et de gredins, prêts à toutes les bassesses.Mais j’ai trouvé que là où ils apportaient normalement un souffle de drôlerie, dans le film ils n’ont absolument rien de comique.Au contraire, ils alourdissent l’ambiance, font vriller les nerfs par leur méchanceté à l’état pur.Comment ont ils pu mettre au monde des enfants Eponine et Gavroche (très bien aussi , enfant ou adulte) qui ne leur ressembleront pas ? 

Les choeurs bien menés, rien à en dire.

La deuxième partie , celle des barricades est servie par des jeunes gens qui ont une voix alors évidemment c’est plus simple, plus agréable.

Maintenant, j’en arrive au film proprement dit. J’ai aimé.Voilà . Une mise en scène telle que je l’attendais, Victor Hugo bien présent dans la description du peuple miséreux,misérable, Victor Hugo le contestataire de son temps et hélas d’actualité car quelque part, si nous avons progressé , l’oppression populaire est toujours présente et les riches s’en tirent toujours.

La misère montrée , violente , les riches ne comprenant rien à ce qui se passe, malgré la Révolution de 1789. Certains trous de l’histoire de Hugo comblés, des musiques composées pour la circonstance par A.Boublil,C.M.Schönberg .

Des frissons quand ,au moment de l’enterrement du général Lamarque , quand son corbillard passe lentement dans les rues de Paris, les jeunes révolutionnaires entonne mezza voce A la volonté du peuple rejoints progressivement par le peuple. C’est le signal de la révolution, la révolte plutôt puisque personne ne suit ces jeunes idéalistes, prêts au sacrifice , qui ne manquera pas, pour que le gouvernement soit renversé.La construction de la barricade sur laquelle tous viendront mourir est faite par les acteurs eux mêmes, au moment de la prise de vue ,du coup la vraisemblance est accentuée.Clin d’oeil à la comédie musicale sur scène, le dernier tableau rappelle celui de Broadway.

Les larmes quand Marius, seul rescapé de cette boucherie vient pleurer ses amis Son empty chairs, empty tables est bouleversant (écoutez le) tout en retenue, en murmures presque.Chez lui pas de révolte mais un immense désespoir.

Le parti pris du réalisateur de faire chanter ses acteurs en live, au moment des prises de vue n’est pas si mauvais.Il donne de la puissance à l’émotion, les visages en gros plans ne laissent rien passer au niveau jeu d’acteur. Ce n’est plus totalement du grand spectacle c’est aussi de l’intime.J’ai adhéré à cette vision de l’oeuvre.Au cinéma on peut se permettre cela, sur scène, c’est bien plus difficile vu la distance entre les acteurs et le public.

Je ne vais pas continuer à tout décortiquer, je voudrais simplement vous avoir convaincus d’aller voir ce film. Ce beau film.Et si vous voulez entendre de vraies voix , allez à Londres  ou bien regardez le Xeme ou le XXV eme anniversaire de cette oeuvre majeure de la comédie musicale.

Dans la salle régnait le silence, personne n’est sorti avant la fin,l’émotion se lisait sur tous les visages au retour des lumières.Bon public? Peut être…Thème qui n’a pas fini de soulever les peuples, merci à Victor Hugo.Merci à CM Schönberg et Alain Boublil de permettre à cette oeuvre de poursuivre sa route, incitant peut être certains à lire le roman,à réfléchir aussi à la place du peuple dans la société actuelle.Et maintenant merci à Tom Hooper qui aura contribué à la découverte par certains de cette comédie musicale.Il est fortement décrié, accusé entre autre d’avoir voulu faire pleurer…Pas besoin de lui pour cela, la musique toute seule y contribue.

[youtube width= »640″ height= »480″]http://youtu.be/IuEFm84s4oI[/youtube]

Je transfère de mon ancien blog l’article que j’avais fait après avoir vu ce film…Histoire de se dire qu’il y a encore beaucoup à faire et qu’une journée dans l’année est presque insultante….

 

film-fleur-du-desert-waris-dirieIssue d’une famille de nomades somaliens, Waris connaît une enfance rude mais heureuse car entourée des siens. Mais quand son père décide de la marier à l’âge de 13 ans, Waris prend la fuite. Traversant le désert au péril de sa vie, elle atteint la ville de Mogadiscio et retrouve sa grand-mère. Cette dernière lui fait quitter le pays en lui trouvant un poste de « bonne à tout faire » à l’ambassade de Somalie à Londres. Waris y travaille pendant 6 ans, telle une esclave, totalement recluse et coupée du monde extérieur.
Quand la guerre civile éclate en Somalie, l’ambassade ferme. Waris se retrouve livrée à elle-même dans les rues de Londres, ne sachant pas un mot d’anglais. C’est alors qu’elle rencontre Marilyn avec qui elle se lie d’amitié. Cette jeune femme, délurée et originale, l’héberge et l’aide à trouver un emploi.
Travaillant dans un fast food, Waris est remarquée par un célèbre photographe de mode. Grâce à lui, elle rejoint une agence de mannequins. Malgré de nombreuses péripéties, elle devient rapidement l’un des plus grands top model international…

 

Ce film pourrait sembler etre une bluette sans aucun interet si ce n’etait tiré du livre éponyme de Waris Dirie qui raconte son histoire incroyable et est la 1ère femme à avoir parlé à l’ONU de cette pratique ancestrale qui fait des ravages chez les femmes: l’excision.
cette pratique consiste à enlever le clitoris,les petites et grandes levres du sexe et ensuite recoudre à l’aide d’aiguilles d’acacia …pour ne laisser qu’un trou de la grosseur d’une tête d’allumette…Quand la jeune fille est en âge de se marier (pas toujours avec son consentement…) le mari coupe avec un couteau ou un scalpel ….Désolée pour ces détails ….

Le film raconte avec beaucoup de pudeur toute quête désespérée de cette enfant qui, si elle n’a pas pu échapper à l’excision, a décidé de s’enfuir à l’annonce de son mariage à l’âge de 13 ans.
Les images dans cette traversée du désert sont à la fois magnifiques, point de vue paysage,et terribles car on imagine bien les peurs ,la faim,la soif et les douleurs de cette enfant jusqu’à ce qu’elle puisse arriver à Mogadiscio pour y retrouver sa grand mère qui fait tout ce qu’elle peut pour elle…
C’est ainsi qu’elle se retrouve à Londres  chez sa tante mariée à l’ambassadeur de Somalie..mais considerée comme bonne à tout faire…Elle n’apprendra l’anglais que derriere la porte du salon quand la famille regarde le jeu télévisé ce qui fait que la 1ère phrase qu’elle dira d’ailleurs à celle qui deviendra par la suite sa meilleure amie c’est : »aujourd’hui c’est votre jour de chance »  un peu comme nous c’est » my tailor is rich ».
Ensuite c’est un enchainement qui fera qu’elle deviendra top model .Et elle se servira de sa célébrité pour dénoncer cette pratique « qui n’est pas dans le Coran » dira t elle dans son discours à l’ONU .En 2007, Waris Dirie a été récompensée pour son travail humanitaire, en recevant le titre de Chevalier de la Légion d’honneur.
Comme c’est une histoire vraie j’ai beaucoup de mal à parler du film en tant que tel.
La jeune femme qui tient le rôle de Waris (qui signifie « fleur du désert) est elle même mannequin et ma foi se révele comme étant une bonne comédienne.De plus elle est superbe ce qui ne gâte rien …même si j’ai été horrifiée par sa maigreur(juste une petite parenthese)
Mais, car il y a un mais, allez y si vous êtes en pleine forme…car c’est un film qui vous secoue de partout .Là, vous êtes réellement confrontées à toutes ces souffrances qu’on ne peut qu’imaginer,nous femmes occidentales.Dites vous que 6000 fillettes en Afrique ,en Europe et aux USA sont excisées tous les jours malgré toute les luttes engagees sous l’impulsion de Waris Dirie.
Vous sortez de ce film l’estomac en charpie,les intestins noués et les yeux rouges.Dans la salle ,à certains moments il n’y avait que des pleurs….malgré (ou grâce à)la sobriété des propos .
C’est un appel à l’aide car le combat est loin d’être terminé!

[youtube width= »640″ height= »480″]http://youtu.be/WiDaRKrITEY[/youtube]

 

piel Depuis que sa femme a été victime de brûlures dans un accident de voiture, le docteur Robert Ledgard, éminent chirurgien esthétique, se consacre à la création d’une nouvelle peau, grâce à laquelle il aurait pu sauver son épouse. Douze ans après le drame, il réussit dans son laboratoire privé à cultiver cette peau : sensible aux caresses, elle constitue néanmoins une véritable cuirasse contre toute agression, tant externe qu’interne, dont est victime l’organe le plus étendu de notre corps. Pour y parvenir, le chirurgien a recours aux possibilités qu’offre la thérapie cellulaire.
Outre les années de recherche et d’expérimentation, il faut aussi à Robert une femme cobaye, un complice et une absence totale de scrupules. Les scrupules ne l’ont jamais étouffé, il en est tout simplement dénué. Marilia, la femme qui s’est occupée de Robert depuis le jour où il est né, est la plus fidèle des complices. Quant à la femme cobaye…

 

Plusieurs points positifs dans ce film :

La musique de Alberto Iglesias,romantique à inspiration classique qui apporte un peu de douceur mais de façon discrète à un film qui n’en a pas la moindre once(Compositeur également ,entre autre,de la musique du MOINE)

La beauté plastique des deux acteurs principaux : Antonio Banderas (Bon sang!! 51 ans et un corps magnifique!! ) et Elena Anaya .

L’esthétisme des images et de la lumière.

Le choix du Brésil pour origine des personnages.En rapport avec la chirurgie esthétique pratiquée à outrance dans ce pays et la trame du film.Pourquoi pas?

Les aller -retour bien faits entre 2012 et ce qui s’est passé quelques années auparavant pour expliquer le personnage de Vera (Elena Anaya :lumineuse,à la plastique somptueuse)

 

Mais….

Pour mon goût personnel ,un film qui ne m’a pas émue ni bouleversée.Peut être (sans doute?) parce que je ne suis pas arrivée à me débarrasser du livre de T.Jonquet ( cette façon de changer la couverture d’un livre pour coller à l’actualité cinématographique m’énerve un tantinet ,pas vous? ) qui m’avait tant chavirée.

Les personnages dans le film n’ont pas la force de ceux du roman.Le duel qui oppose Robert et Vera ,cette volonté de Robert d’avilir au maximum la jeune femme n’est pas exploitée par Almodovar.J’ai trouvé  le chirurgien bien trop près de l’amour envers sa patiente ,même s’il s’en défend…mollement.Après la scène avec « le tigre » (je n’en dis pas plus pour ne pas vous priver de la surprise si vous allez voir ce film) il cède très vite à ses sentiments….Donc pour moi déception au niveau psychologie des personnages .

 

J’ai le sentiment qu’Almodovar s’est servi de cette trame pour y mettre ses propres interrogations,ses propres angoisses: Nous commençons le film en …2012.Pourquoi? Parce que c’est l’année du changement? L’année de la fin du Monde? L’année de toutes les expériences comme celle que le chirurgien tente?

Esthetisme froid des chambres ,dépouillées mais confortables cependant au contraire du foisonnement intense et chaleureux du décor de la maison et du jardin.Chaleur tempérée par tous les écrans qui servent à surveiller ce que fait Vera dans sa chambre.

Nous sommes  ainsi transformés en voyeurs ce qui nous met dans un léger déséquilibre propice à l’atmosphère du film.

Certaines scènes ,comme celles avec le tigre/homme ,a rappelé à la cinéphile pas très avertie que je suis (Oui ,j’aime le cinéma mais je suis incapable de dire que tel ou tel film fait référence à tel réalisateur )  des scènes dérangeantes d’Orange Mécanique : Absence de sentiment,de scrupules,notion du bien et du mal balayées au profit de la seule volonté de prendre,piller,tuer …

A.Banderas a reçu l’instruction d’être froid,implacable….Oui mais…Certes il ne sourit pas, semble imperméable à tout ce qui le détourne de son but ….mais..je l’ai senti comme en prison et toute sa fougue et son tempérament de latin étaient sous jacents…..Bon,ce n’est que mon sentiment et si vous avez vu le film j’attends que vous me fassiez part de vos impressions à ce sujet.En fait ,je ne remets pas en cause l’interprétation de A.Banderas mais….comble de l’ironie,son physique ,bien trop sensuel pour un tel rôle.

Autre bémol :les prénoms espagnols prononcés …à l’espagnole.J’ai trouvé un peu ridicule cette façon de faire.Détails,certes.

 

Pour finir: je ne dis pas que ce n’est pas un film à voir mais j’attendais bien plus .Il ne transcende pas le genre et ne provoque aucune émotion (en tout cas chez moi) .J’aime être émue (et je le suis tres vite) ,bousculée,dérangée.Or ce film qui a tous les ingrédients nécessaires pour cela m’a laissée  spectatrice froide ,analytique comme si j’avais regardé un insecte (une mygale?) vivre au microscope ..Mais peut être était ce le but de Pedro Almodovar?

 

[youtube]https://youtu.be/HoDB5YNMmIM[/youtube]

Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence.

 

 cameras-gif-004

 

Depuis le temps que j’en entendais parler!! Et que je voulais le voir!!! Pourquoi d’ailleurs? Pour céder aux sirènes du matraquage médiatique comme tout le monde?? Que non pas!! Depuis Batman Begins et surtout Dark night du même réalisateur j’attendais le nouveau, persuadée que ça ne pourrait qu’être bien.

Depuis Shutter Island ,Leonardo Di Caprio est pour moi un acteur majeur de sa génération.Depuis la Môme de M.Cotillard qui m’a bouleversée par son interprétation sublime d’E.Piaf,je ne pouvais que vouloir la découvrir autrement…

Savoir que le projet d‘Inception rôdait dans la tête de C Nolan  depuis 10 ans etait aussi un gage de réussite.Maintenant que sa notoriété était établie,ses acteurs trouvés C .Nolan pouvait se lancer…

 

 

Pourtant, pendant la 1ère demi heure environ (le film dure 2h 40) j’ai pataugé lamentablement …Je ne comprenais rien (et ce qui m’a rassurée sur mes neurones c’est que ceux de ma  fille étaient dans le même état …On se rassure comme on peut..).J’étais à 2 doigts de me laisser envahir par le découragement et la déception quand ô miracle tout s’est emboité!!! Comme les rêves qui s’emboitent les uns dans les autres… Et ensuite nous étions pris! Comme des lapins dans les feux d’une voiture! Nous étions obligés de suivre cette aventure haletante,aventure faite de rebondissements,d’action et de suspense…

 

Le film a pour personnage essentiel Dom Cobb (Leonardo Di Caprio) tout entier tourné vers une seule chose : revoir ses enfants,pouvoir avoir l’autorisation de retourner les voir et vivre avec.Depuis la mort de sa femme il est considéré comme le suspect numéro 1.

Pour pouvoir enfin réaliser son rêve…il doit implanter,à la demande d’un homme puissant, dans la tête d’un jeune magnat d’entreprise une idée qui devra lui sembler venir de lui même …Pour cela qu’une solution:fabriquer à cet homme un rêve et s’y glisser …l’Inception étant le fait d’implanter une idée dans le cerveau de quelqu’un,ce qui est évidemment très difficile et risqué,sachant qu’à tout moment il peut y avoir des défenses qui se mettent en place(ce qui est appelé des « projections ») et ils peuvent très bien se perdre entre rêve et réalité ..

La force de ce film est dans  le personnage de Dom Cobb,hanté par le décès de sa femme ,bourrelé de remords et dans l’incapacité à tourner la page,à faire son deuil…Cette « inception » sera t elle le moyen ultime de pouvoir le faire et ainsi retrouver ses enfants? La mission peut rater car ,même bien préparés,méthodiques à souhait, ils auront aussi à lutter contre un ennemi qui semble avoir un coup d’avance sur eux….Et seul Cobb pourrait dire qui c’est…

Je vous parais sans doute nébuleuse…c’est normal car vous êtes plongés dans un rêve,dans des rêves même ou plutôt dans un rêve si profond que vous allez être confrontés au subconscient d’un individu..

La mise en scène est fabuleuse,les images extraordinaires,c’est du spectacle à l’état pur! Vous en prenez plein les yeux et vous en redemandez! Tout est distorsion,effets spéciaux hallucinants,vous passez d’un niveau du rêve à un autre grâce à un jeu de miroir,à un escalier qui tourne en rond,à un ascenseur,à l’apesanteur..Vous ne vous posez même plus de questions sur la possibilité (ou l’impossibilité) de telle chose puisque vous êtes dans le postulat voulu par C.Nolan: dans un rêve tout est permis,tout semble normal…..

 

 

Avec cette capacité que doivent avoir les bons films :Susciter des réactions à la fin,déclencher des discussions…Qui ne s’est pas demandé un jour si ce que nous vivons est la réalité ou bien un rêve? Et est ce qu’il faut renoncer à ses rêves si le fait de vivre dedans ,sans réel contact avec la réalite rend plus heureux que la réalité elle même….De là à penser à la folie..Bref tout à chacun peut trouver matière à réflexion…

Petit bémol :Je suis un peu déçue par le rôle de M Cottillard qui, bien qu’essentiel,est quand même assez succinct.

Et puis…la fin…Très forte et qui donne au film encore plus de puissance (la toute dernière image est oppressante et en même temps géniale) mais qui nous ramène tout droit dans la réalité ….Mais maintenant que je connais la fin …comment en imaginer une autre??

Je ne peux que vous dire d’aller voir ce film déroutant,complexe mais prenant et magistralement mis en scène! Tous les rôles sont parfaits(la présence de M.Caine,petit clin d’œil aux Batman…) même si c’est celui de L.D Caprio qui porte tout sur ses épaules.

Je ne regarderai plus jamais une toupie du même oeil….

 

[youtube]http://youtu.be/PQvoKjade9k[/youtube]