juste action Je n’avais pas lu Elizabeth George depuis un moment mais la Masse critique de Babélio et les Editions Presse de la Cité (merci à elles) m’en ont donné l’occasion.

J’ai retrouvé les personnages récurrents de l’auteur avec plaisir,finalement ils étaient encore assez présents  dans ma mémoire puisque très vite j’ai pu reprendre le cours de leurs vies sans souci.Peut être le gage d’une certaine qualité d’écriture. Enfin jusque là. Car nom d’une pipe, qu’est ce que je me suis ennuyée!! 

La fille de Azhar, Hadiyyah, a disparu. Sa mère l’a enlevée et depuis pas de nouvelles.La police ne peut rien faire puisque, officiellement Azhar n’a aucun droit sur l’enfant , la petite ne porte pas son nom et il n’est pas marié avec Angelina (pour rappel, il est toujours l’époux d’une autre femme).Mais Barbara Havers , amoureuse à sens unique de ce papa désespéré ne peut pas laisser son ami dans la détresse et après discussion avec l’inspecteur Linley , décide d’engager un détective privé. On retrouve la trace de l’enfant et sa maman …à Lucca (Lucques) en Toscane,Angelina ayant voulu fuir avec un bel Italien.

Barbara et Azhar s’envolent donc pour l’Italie pour faire fléchir Angélina et faire en sorte que Hadiyyah reste avec son père…Oui mais ce n’est pas si simple car Hadiyyah disparait de nouveau…Qui est derrière ce nouvel enlèvement, va t on pouvoir la retrouver à temps? Linley prend les rênes de l’enquête en Italie car là c’est une ressortissante anglaise qui semble être en danger, la police italienne et anglaise doivent  collaborer.

C’est l’occasion pour Elzabeth George de montrer le racisme qui peut déchirer deux familles, l’une anglaise et l’autre pakistanaise, au détriment des enfants,l’occasion aussi de montrer les dessous pas jolis jolis de la police , en particulier l’italienne et ….de m’ennuyer…Une enquête est terminée, une autre démarre avec autant de longueurs que la précédente, brouillée par les boulettes de plus en plus grosses de Barbara Havers qui se met hors la loi , prête à tout pour venir en aide à son ami.Tout ça devient à la limite ridicule, sans une once de crédibilité. Petite touche romantique: notre cher et très anglais Thomas Linley est amoureux et se laisse enfin aller à ses sentiments.(j’ai loupé la mort de sa femme dans un roman antérieur) 

Deux points positifs à cette laborieuse lecture: quand l’enquête se passe en Italie, le texte est parsemé de phrases en italien sans quasiment de traduction. Alors, chouette! J’ai pu vérifier que ma maigre connaissance de la langue , finalement, est peut être supérieure à ce que je croyais. Le deuxième point, c’est la découverte de Lucques puisqu’en lisant les descriptions qu’en fait Elizabeth George je suis allée sur le Net pour faire la curieuse.Il va falloir que je réalise mon rêve d’aller là bas.

Ces deux aspects positifs peuvent ils sauver la lecture de ce roman? C’est à vous de décider mais j’ai un message à faire passer à l’écrivaine: revenez nous vite avec le style et le sens du suspense qui ont fait votre notoriété.Vous me manquez! 

8 commentaires

  1. MERCI ,la lecture de ce livre semble beaucoup trop compliquée pour moi ! en ce moment je relis « La fille du CONTREBANDIER  » histoire toute simple et qui se déroule dans la MANCHE !

  2. J’ai laissé la série quand… Linley est devenu veuf. J’aimerais bien la reprendre maintenant.

  3. Bonjour Lucine
    Je l’ai dans ma PAL et justement j’étais en train de me demander si j’allais le lire ou pas. Car plus ça va Elizabeth George écrit des pavés, et cela manque de mouvement, procurant de l’ennui comme tu l’écris.
    Amitiés

  4. Auteure que je n’ai jamais lu ou peut-être un (le nom ne m’est pas étranger) il y a fort longtemps, mais ce n’est pas avec celui-ci que je commencerais, j’adore les polars trépidants ou, les polars nordiques souvent plus lents mais d’une lenteur calculée qui ne nuit pas à l’histoire…

  5. Bonsoir Lucine,

    J’ai quelques romans d’elle dans ma biblio. Des titres achetés en vacances.Mais je ne saurais te dire lesquels. J’ ai la flemme de descendre puis de remonter à l’étage.
    J’aime les descriptions . Mais il ne faut pas que ce soit trop long car cela nuit à l’intrigue, au rythme

    Bises

  6. Bonjour
    Merci pour ce livre.
    Il m’a l’air bien passionnant, j’adore lire!
    Belle journée
    ps: cela ne vous dérange pas si je vous met dans mes favoris?

  7. En ce moment, je relis les classiques français avec ma petite fille qui passe son bac. Je dois en parler avec elle.pour me rafraîchir la mémoire. bises

  8. J’ai abandonné E. Georges depuis la mort d’Helen lol, plus exactement depuis « le rouge du péché », comme toi, je trouve pénible à lire, trop long, trop embrouillé…… Bises d’ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.