Je pense à vous mais 

 

demenagement

 

Changement de vie, virage à 180°, tout repart …..

A bientôt!! 

Aujourd’hui, aujourd’hui est un moment important,irréel mais important pour moi. Je parle peu de moi mais en ce jour particulier il fallait que cette chanson soit sur cet espace.

 

[youtube]http://youtu.be/3VSjGqq8Lz4[/youtube]

 

Mais aussi celle là

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=y8UW7w_q97Q&feature=share&list=PLxSNopVVyyF2mlWSgsDnTLVFOwtIOrrhY[/youtube]

Un peu de rire en ces temps de grisaille même si à partir de vendredi il ne pleuvra plus… 😉 et  il devrait même faire de plus en plus beau…Chouette! Mon déménagement se fera sous le soleil !! 

Pour faire sortir le loup, le lion enfin Leoned quoi, de sa tanière , un petit sketch d’un humoriste que j’aime bien (et ils sont rares..) 

[youtube]http://youtu.be/iqUQMgX_e7M[/youtube]

 

 

[youtube]http://youtu.be/G4JD0Us4okM[/youtube]

Un peu de rire en ces temps de grisaille même si à partir de vendredi il ne pleuvra plus… 😉 et  il devrait même faire de plus en plus beau…Chouette! Mon déménagement se fera sous le soleil !! 

Pour faire sortir le loup, le lion enfin Leoned quoi, de sa tanière , un petit sketch d’un humoriste que j’aime bien (et ils sont rares..) 

[youtube]http://youtu.be/iqUQMgX_e7M[/youtube]

 

 

[youtube]http://youtu.be/G4JD0Us4okM[/youtube]

Image Hosted by ImageShack.us

Après mon article sur le loup ,j’ai trouvé intéressant de vous faire peut être découvrir cet animal sous un aspect sympathique .


Quand ma fille était petite j’avais trouvé ce livre ,1er tome de toute une série…


C’est l’histoire d’un louveteau né dans une portée de 3….Problème:il est ROUGE.Rejet du clan…jusqu’à ce que le sorcier lui donne une chance …..qu’il saisira …car en plus d’être différent point de vue couleur il est aussi capable de se transformer en loup garou….D’où son surnom de « Petit Garou. »…
Le graphisme aussi fait partie de l’intérêt car, par moments, les phrases ondulent,se transforment en spirales …avec des mots écrits plus gros que d’autres etc….
C’est en fait une belle leçon d’humanité…Toujours prêt à rendre service,
dans un autre livre,il se rend en ville ,transformé en Petit Garou, pour tenter de récupérer des lunettes pour le sorcier et les anciens ..L’occasion de faire ses 1ers pas dans un monde complètement différent,plein de dangers ….plus tard, il va à l’école etc….

Ma fille en a encore de bons souvenirs …..

Si ça vous intéresse cliquez Image Hosted by ImageShack.us sur le livre….Vous y trouverez toute la série….

Image Hosted by ImageShack.us

Après mon article sur le loup ,j’ai trouvé intéressant de vous faire peut être découvrir cet animal sous un aspect sympathique .


Quand ma fille était petite j’avais trouvé ce livre ,1er tome de toute une série…


C’est l’histoire d’un louveteau né dans une portée de 3….Problème:il est ROUGE.Rejet du clan…jusqu’à ce que le sorcier lui donne une chance …..qu’il saisira …car en plus d’être différent point de vue couleur il est aussi capable de se transformer en loup garou….D’où son surnom de « Petit Garou. »…
Le graphisme aussi fait partie de l’intérêt car, par moments, les phrases ondulent,se transforment en spirales …avec des mots écrits plus gros que d’autres etc….
C’est en fait une belle leçon d’humanité…Toujours prêt à rendre service,
dans un autre livre,il se rend en ville ,transformé en Petit Garou, pour tenter de récupérer des lunettes pour le sorcier et les anciens ..L’occasion de faire ses 1ers pas dans un monde complètement différent,plein de dangers ….plus tard, il va à l’école etc….

Ma fille en a encore de bons souvenirs …..

Si ça vous intéresse cliquez Image Hosted by ImageShack.us sur le livre….Vous y trouverez toute la série….

lamb Premier roman de cette auteur américaine, née à Chicago et qui vit désormais dans les Montagnes Rocheuses. Si je précise cela, c’est que quelque part il y a un peu, sinon d’autobiographie, du moins du ressenti dans son livre.

David Lamb,54 ans, est au bord de la déroute psychologique:Il a perdu sa mère dans des conditions violentes quand il était jeune, est divorcé depuis peu , perd son père,alcoolique et en chute libre depuis la perte de sa femme et est l’amant égoiste et menteur d’une jeune femme. Pas très attachant en somme. A priori.

Il rencontre par hasard Tommy, une pré adolescente de 11 ans (j’aurai 12 ans, en Décembre), une gamine qui habite « près de l’autoroute à six voies, derrière une station-service » .Par défi lancé par deux copines, elle doit aller draguer ce « vieux ».  David joue le jeu, à la grande surprise des gamines qui surveillent l’échange et va même plus loin en faisant semblant de l’enlever, histoire de lui donner une leçon, comme un père pourrait le faire.. Une amitié singulière va alors se développer entre eux.

David (qui dira à Tommy s’appeler Gary, tout comme plus loin dans le livre, Tommy deviendra Emily vis à vis de voisins un peu curieux) entraîne la jeune fille dans un monde mi -conte mi- réel. Il lui invente des histoires,lui montre un monde plus lumineux,l’invite dans des restaurants un peu chics ,lui achète un manteau, des bonbons.Et progressivement, se met à rêver avec elle à un voyage d’une dizaine de jours dans un chalet qu’il possède dans l’Ouest, dans les Montagnes Rocheuses. La conquête de l’Ouest,l’Ouest synonyme de mieux être, de mieux vivre.

Petit aparté: avez vous remarqué? Rappelez vous ce que je vous ai dit en commençant. L’auteur est née à Chicago et vit dans les Montagnes Rocheuses. Même voyage que ses personnages, même fuite en avant pour quitter la ville,quitter la vie triste et grise , morne,pour aller communier avec la nature, se rapprocher du vrai sens  de la vie.Il est frappant de constater comment Chicago est décrite Pas d’arbres dans les jardins, pas d’oiseaux sur les fils électriques.Les pies -grièches grises étaient parties, les petites turdinules de Bingham, aussi..Les gros-becs errants, les ormes, la plupart des chênes, les hautes herbes aux plumeaux argentés, les fleurs, les comptonies voyageuses et les phlox, disparus. Les violettes, disparues.Au dessus des poubelles retournées, des mouches noires tournoyaient.

Bientôt, ils partent réellement. Par étapes car David veut laisser la possibilité à Tommy de changer d’avis , de revenir chez elle avant que sa mère et son beau -père se soient rendus compte de sa disparition. Il la prévient que certaines personnes pourraient trouver étrange qu’ils soient ensemble. 

Tu me vois moi, et tu te vois toi, un homme et une fille,comme nous,dans un pick-up comme le mien, et l’homme tient la main de la fille, comme ça, et lui parle avec fermeté, comme nous. Qu’est ce que tu penserais? Dis le moi.Franchement

Tommie pencha la tête sur le côté et avança le menton, songeuse.

Et bien, je crois que je penserais que c’est un gars avec son enfant.

Un gars et son enfant..Sa petite fille? 

Ouais. Non. Plutôt sa fille.

Il hocha la tête.

Et si quelqu’un te posait la question, tu pourrais le regarder dans les yeux et lui dire que c’est ce que tu es? 

Oui

On va essayer

Il lui lâcha la main.

He ,fillette! c’est qui ce gars avec qui tu traines? 

Tommie redressa la tête, posa son regard au loin.

Quel gars? Ah lui? Ben, c’est mon père.

Ils éclatèrent de rire.

Tu es douée, dit il.Très douée.Tu pourrais être actrice.

Si je mets ces extraits là, c’est que nous ne sommes pas dans un roman sur la pédophilie , même si ce livre peut être vu , va être vu sans doute,comme cela. Dès le début du roman, il se passe quelque chose d’inconcevable entre David et Tommy, entre ces deux êtres qui ne devraient pas être ensemble.Il saisit la fillette au niveau du coude et elle sursauta, comme s’il venait de la réveiller.Le monde s’accéléra ; le ciel parut plus lumineux,le trafic plus rapide.

il ne pouvait chasser la gamine de son esprit.Il espérait ne pas lui avoir fait de mal. Sans doute n’avait il pas eu les idées très claires.Mais il n’avait pas eu l’intention de lui faire de mal.Ce n’était pas son genre.

Certes, David n’est pas un homme très équilibré mais il n’est pas malade de façon pathologique, ce n’est pas un pédophile. C’est un homme figé entre le monde de l’adolescence et celui de l’adulte, perdu quelque part entre les deux. La jeune Tommy, en réalité l’agneau de l’histoire, n’est pas complètement innocente, sait très bien à quoi elle s’expose éventuellement, parfois flanche et est près de changer d’avis mais continue malgré tout,poussée par quelque chose qu’elle ne nomme pas.

– Mon coeur est comme le tien.Tu le savais?

– Vraiment?

– Oui

– C’est pour ça qu’on a su tous les deux qu’il fallait qu’on retourne sur le parking.

– Tout à fait, rit il .Tout à fait.

Tous deux ont conscience d’être sur la corde raide, l’auteur nous y entraîne à leur suite car ce roman est construit comme un thriller, la tension croit au fur et à mesure des jours qui passent . David ne dérape pas, se contraint à ne rien faire qui puisse entacher la vie de cette enfant. Il se protège de toute tentation en rappelant sans cesse son âge et celui de Tommie-Emily.

David lui apprend à faire du feu, faire cuire des toasts, communier ainsi avec la nature. Bonnie Nadzami s’en fait le chantre , sous sa plume on part pour les contrées lointaines,on observe les traces d’animaux, on regarde les arbres, les plantes, leur odeur est presque présente, on ressent le vent..

Malgré les garde fous placés par David , les histoires inventées qui placent les événements dans une sorte de semi réalité, les sentiments rôdent encore et toujours

– Tu pourras rêver du prochain homme avec qui tu allumeras un feu. Sauf que ce sera à toi de lui apprendre à en faire un.

Relevant le menton, il se détourna.

– Tom, ça me fait de la peine de te le dire, mais il le faut bien.

Elle remua les haricots.

– Non, seulement avec toi. Croix de bois, croix de fer.

– Ne dis pas ça, Em. Un jour tu te marieras et tu iras camper avec ton mari, qui ne saura pas comment faire un feu.Tu devras lui montrer.

– Je ne me marierai pas.

(..)

Il observa son visage en forme de coeur, l’embrassa sur la joue, sur la bouche.Un sentiment horrible excitation vint combler le vide sous sa poitrine.

– On ne peut pas s’en empêcher, n’est ce pas? murmura t il d’une voix rauque.Il posa sa main sur le coeur de la fillette. C’est trop énorme pour nous.C’est tellement énorme qu’on a été avalés, n’est ce pas? 

Haussement d’épaules

– Oh, ma douce enfant.Refais le.

Elle haussa les épaules , ferma les yeux.

– Prends ma main, d’accord? On va dormir.Une petite sieste tout en étant bercés par le vent et la lumière.Oui.On n’ira pas plus loin.Seulement ça.Merci.

Elle, encore bien jeune, est terrifiée à certains moments mais ne cherche pas pour autant à partir, ne dit pas aux voisins venus en curieux que l’histoire contée par David n’est que mensonges, qu’elle veut rentrer chez elle. Au contraire, elle sera complice quand la maitresse de David vient le rejoindre au chalet, elle sera d’accord pour rester cloîtrée plusieurs jours dans la remise , comprenant que l’attitude des deux adultes est la meilleure couverture à leur escapade , même si elle assiste aux ébats de ceux ci sans l’avoir voulu au départ. Passage troublant par son intensité, sa gravité car David et Tommie ont conscience que David lui  fait l’amour  par personne interposée.

Et puis il y aura le David détestable, manipulateur, qui s’enferre dans des mensonges vis à vis de sa maitresse, Linnie, qui finit par découvrir la fillette,puis vis à vis de Tommie elle même.

– Si tu le l’aimes pas (Linnie), pourquoi vas tu la revoir?

– Pour nous, Tom.Pour toi et pour moi.Pour notre sécurité.

– Oh

– Parfois, on cerne bien les gens, Tom. Linnie n’est pas forte comme nous.Elle ne voit pas ce que l’on voit. Tu comprends?

Le lecteur oscille entre des sentiments contradictoires vis à vis de cet homme paumé, désemparé. Après des phrases comme  plus haut, nous assistons un peu plus loin à son effondrement .Que lui resterait il quand elle serait partie? Hormis ce trou qu’elle avait un temps rempli de ses paroles consolantes.Ses doutes et ses démons, qu’il lui avait appris à repousser, reviendraient le prendre à la gorge.Il en était sur.

(..)

– Si tu te rends compte un jour que tu me détestes…..

– Non, jamais

– S’il te plait, ne dis pas ça .C’est possible.Laisse moi parler 

Elle attendit.Il avait la voix éraillée et haut perchée.

– « Si tu te rends compte un jour que tu me détestes, que je t’ai gâché la vie..Quand j’aurai quatre -vingt -dix ans.Ou n’importe quand. » Il s’interrompit. Elle l’encouragea d’un hochement de tête.Une vraie petite femme. « Tu viendras me le dire , d’accord? Tu t’achèteras une paire de bottes à bout renforcé, tu viendras me trouver dans ma maison de retraite, où je serai seul, desséché et malade, et tu m’éclateras les dents à grands coups de pied.Ou bien tu me murmureras à l’oreille que j’etais… »

-Arrête!

A présent elle pleurait.

Et vient le temps de la séparation car il est bien évident que Tommie doit rentrer chez elle. Et vous êtes accrochés aux mots, aux pages car la détresse de ces deux personnages vous touchent de plein fouet, les dialogues se font plus intenses,les phrases courtes, parfois d’un seul mot, montrent leur désespoir devant la réalité de la vie. David et Tommie n’ont plus le temps de se dire ce qu’ils ressentent, David ne peut dire que ce que la raison lui ordonne et l’auteur lui a attribué les phrases les plus longues , le fait parler comme un adulte normal,c’est à dire  dans les normes, est sensé parler, (Tommie ,quand elle est prononcera plus d’un seul mot, ne fera que singer l’adulte ,  comme une histoire apprise par coeur ) cette histoire d’amour pas comme les autres racontée à deux voix, hors dialogues, celle de David, sa voix intérieure qui parle, indiquant ses émotions et ses réflexions et une autre, plus lointaine,celle de la conscience collective peut être, comme un témoin qui se veut impartial.

Les dernières phrases laissent la gorge serrée et je me suis retrouvée, par association d’images, propulsée  à la fin de la route de Madison…si vous voyez ce que je veux dire.

Un livre bouleversant, qui suscitera des controverses sans aucun doute. Un livre qui a le mérite de rester en mémoire longtemps après avoir été lu, ce qui n’est pas le cas de tous les premiers romans.

 

Evoquer les loups , pour moi, c’est penser à cette artiste hors du commun qu’est Hélène Grimaud. Outre le fait qu’elle est une excellente pianiste,outre le fait qu’elle est fort jolie, ce que ne manqueront pas de noter les lecteurs mâles de ce blog (même s’ils ne sont pas nombreux ;)) ,outre le fait qu’elle doit être plus qu’intelligente, elle possède un signe particulier qui est d’aimer les loups au point d’ouvrir un centre pour eux vers New York et de se faire aimer d’eux…

D’où cette vidéo qui allie la beauté de la musique avec celle des images .Regardez…

 

[youtube]http://youtu.be/g8_3jrjGAxg[/youtube]

Je transfère un vieil article et le remets en avant.Pourquoi? Pourquoi pas? Tout particulièrement à l’attention de Mamazerty   😀

 

Pourquoi parler des loups? Parce que c’est une figure très symbolique,fascinante..Non?

 

Image Hosted by ImageShack.us

Les loups n’ont pas toujours eu une image négative. Dans les pays du bassin méditerranéen  le loup a été associé dès l’antiquité à la lumière et la fertilité.
Pendant des siècles, il a été strictement interdit de tuer un loup blanc car il était assimilé à un « loup lumière », c’est à dire au culte du soleil.
Vous souvenez vous avoir lu « le loup blanc »loup de Paul Féval? J’avoue ne plus savoir exactement ce qu’il racontait mais par contre je me souviens très bien l’avoir lu beaucoup de fois…

Dans les civilisations antiques le loup était associé à la puissance guerrière, c’était alors un animal respecté mais redouté. Il a présidé aussi à la fondation des premières grandes cités et à la naissance des peuples.


La louve nourricière de Rome en est un exemple louve.jpg pas choisie au hasard d’ailleurs puisque le père des jumeaux était Mars ,accompagne de son animal totémique, le loup…Les romains ont su exploiter ce cote guerre/Loup  puisque ce fut  le 1er emblème des légions romaines ,bien avant l’aigle, et bon nombre de porte drapeaux étaient revêtus de peau de loup. .Les Vélites,fantassins légers de l’armée romaine ,avaient une peau de loup sur leur casque tout comme  les combattants gaulois en ornaient les  leurs  pour impressionner l’adversaire et s’attribuer le courage et l’habileté du fauve dans la lutte.

 Mais on retrouve également ce thème évoqué en Roumanie,en  Asie, au confins de la Turquie, jusqu’en Mongolie.

genghis-khan Gengis Khan,  le plus grand  conquérant du XIIème siècle se considérait comme  » un fils du loup céleste ».

Livre à lire car écrit par un très grand écrivain Japonais (il fait partie de mes prévisions de lecture d’ailleurs…)

loup2  Gengis-khan (1167-1227) – le  » conquérant du monde « , selon ses chroniqueurs – avait formé un empire démesuré allant de Pékin à la Volga.    Yasushi Inoue raconte l’épopée de ces fils du  » loup bleu et de la biche fauve « , les chevauchées triomphantes, les butins fabuleux et les carnages qui entraînèrent les hordes mongoles en terre d’Islam et, au-delà de la Grande Muraille, dans la mythique Chine. Mais, de bataille en bataille, c’est à la découverte d’un homme énigmatique que nous convie l’écrivain : à partir des chroniques de l’Histoire secrète des Mongols, il reconstitue peu à peu le mystère de la vie de celui qui n’eut de cesse de devenir le légendaire  » Loup bleu « .

 

 Loups


À l’aube de l’ère chrétienne, les guerriers germains mangeaient encore le cœur des loups pour mieux absorber ,croyaient ils, les qualités combatives et viriles de l’animal.

Les premiers chrétiens ont repris souvent l’image simple mais forte de la brebis innocente, symbole du Christ et de ses disciples, qu’il fallait protéger du loup qui n’était pas encore désigné comme le diable, mais déjà comme l’ennemi.


Dès le IVème siècle et pendant plus d’un millénaire, l’église catholique contribua à l’identification du loup au diable et à la propagation de ce symbolisme négatif. Ainsi que le bouc, le chat, la chouette, la chèvre qui ont subit le même sort.
Sous la renaissance, les histoires de loup-garou, des meneurs de loup ont hanté l’imaginaire des hommes et donné lieu à des procès de « chasses aux sorcières ».Mais ça c’est un autre sujet…..Plus tard peut être…
Dès la fin du XVII ième siècle jusqu’au XIX ième siècle, on voit apparaître des récits populaires, des contes tel que Jean de la fontaine,Image Hosted by ImageShack.us
Alphonse Daudet,Image Hosted by ImageShack.us

Charles Perrault etc…qui ont laissé dans l’esprit des jeunes une image bien négative du loup.Je me souviens  de contes que j’avais lus à ma fille et qui montraient comment le loup était devenu méchant à force de se faire rouler par les humains…Intéressant comme point de vue… Image Hosted by ImageShack.us

[youtube]http://youtu.be/Lrf-2OALhmI[/youtube]

Je transfère quelques articles alors j’en profite pour en remonter quelques uns des profondeurs quasi abyssales de mon blog.

 

ours-gif-004.gifEn Alsace il est fréquent de voir des références à l’Ours..Nom d’hôtel ,nom de restaurant….Alors je me suis « penchée » sur cet animal si beau mais tant craint (à juste titre) des bergers de nos montagnes…

D’abord, petite légende d’Alsace:

Après le siège de Paris par les Normands en l’an 885, l’empereur Charles le Gros s’est retiré en Alsace. Et lorsque Dame Richarde, Princesse d’Écosse, son épouse, fût emmurée à cause de calomnies que rapportaient sur elles certains écuyers, un homme demanda à s’entretenir avec l’empereur. Il lui parla en ces termes: « Je suis le messire d’Andlau et je demeure dans une vallée où il y a plus d’ours que d’hommes. Je défie quiconque a la langue trop pendue et a tenu sur Dame Richarde des propos calomnieux ». Sur ordre de l’Empereur les écuyers délateurs s’alignèrent devant l’homme de la vallée des ours qui les estropia tous. Devant la victoire du défenseur , il fallut bien à l’empereur reconnaître la pureté de Richarde. On la libéra. Puis devant la déchéance physique de son époux elle s’enfuit, escortée par les gens d’Alsace. Elle galopa des jours et des jours. Un soir de bivouac, un ermite lui apparut qui lui cria: « Va vers les bêtes sauvages, ma Reine; va leur prêcher la parole du Seigneur. Quand tu verras une ourse noire creuser la terre, arrête-toi, et bâtis là une maison pour ton Dieu. » Richarde continua sa route, entre rocs abrupts et cascade grondante, dans une sombre vallée jusqu’au pays d’Andlau. Soudain, l’impératrice s’arrêta. Une ourse noire grattait la terre. Devant ce spectacle elle mit pieds à terre, malgré les recommandations de prudence des gens qui l’accompagnaient. Mais l’impératrice caressait déjà la tête de l’ourse qui lui montra le corps figé de son ourson. Des larmes coulaient des yeux de la bête. Dame Richarde prit l’ourson dans ses bras et le réchauffa contre son sein. Mais le petit d’ours n’était qu’engourdi et il se mit rapidement à gambader sur le chemin. Alors l’ourse noire se mit à faire la belle, montrant ses gencives rouges, et à lécher l’impératrice, qui n’en demandait pas tant… Les chevaliers avaient mis pied à terre à leur tour, et regardaient ce prodige. L’ourse, pour marquer sa reconnaissance, vint poser son nez froid sur le bout des doigts de Dame Richarde. Elle commanda aussitôt que des maçons de Barr vinssent bâtir un grand couvent pour les pauvres et les déshérités. Et l’on dit qu’au jour de la consécration du couvent, les ours de la vallée d’Andlau vinrent très respectueusement adorer le Créateur. On dit aussi que l’impératrice une fois décédée, l’ourse gratta la terre comme sur la route, mit à jour le corps de Richarde, tenta de la réchauffer, gémit toute une nuit, et mourut à son tour. Voilà l’histoire de Richarde. C’est en souvenir d’elle que les montreurs d’ours, quand ils passent à Andlau, sont logés et nourris aux frais de la cité, pour la plus grande gloire de cette impératrice bienfaisante et douce, qui savait attendrir le cœur même des bête féroces.

Ours-arbre

Chez les Celtes ,L’Ours représentait la classe guerrière , le mot Ours (Artos) se retrouve dans le nom d’Arthur (Artoris) !! Ah! ces légendes arthuriennes!!! Lancelot du Lac et la belle  Guenièvre…Mais je m’éloigne du sujet……L’Ours est l’opposé du Sanglier, qui représente la classe sacerdotale. S’il est un animal dangereux , il peut être apprivoisé ,il peut évoluer positivement rapidement mais tout aussi rapidement retourner à l’état primitif..

En Gaule, la déesse Artio symbolisait le coté féminin de la classe guerrière. D’ailleurs l’Ours est yin, c’est-à-dire féminin. Dans la Mythologie Nordique, Odin est parfois représenté sous la forme d’un Ours.
En Chine au contraire, l’Ours est masculin (yang) et est un symbole annonciateur de la naissance des garçons.Il faudrait savoir!!!! Yin ou yang???

En Sibérie et en Alaska, l’Ours est lié à la Lune et au cycle végétal, à cause du fait qu’il hiberne (il disparaît à l’approche de l’hiver et revient avec le printemps). Animal donc  du renouvellement ,du renouveau ,de la renaissance…

En Europe, l’Ours est fortement lié aux grottes et cavernes où il élit domicile. Il symbolise donc les ténèbres, et l’obscurité

Dans la mythologie grecque il accompagne Artémis, la déesse lunaire, qui prend souvent sa forme lors de ses apparitions.

Au Moyen Age il y avait l’ours danseur des montreurs d’ours ambulants. Cette tradition est toujours très vivante en Inde, par exemple, malgré le combat que mènent les organisations protectrices des animaux….

Malgré l’aspect redoutable de l’ours il est curieux de voir combien d’ours en peluche ont été caressés ,cajolés par des millions de petits humains….Peut être est ce dû à la fourrure du plantigrade qui semble douce,à l’aspect maladroit des oursons….

 

[youtube]http://youtu.be/9lgYPflfqco[/youtube]

 

Et vous ,fan d’ours???? En ce qui me concerne, j’en au eu trois…Un,quand j’étais toute petite,rapporté par mon père de Russie, bourré de paille. Il en a reçu des câlins!! L’élève le plus intelligent quand je jouais à la maîtresse, c’était lui! Il m’a servi de banc soit pour m’asseoir,soit pour me hisser sur la pointe des pieds et découvrir..je ne sais quoi… 😛 Ma mère l’a recousu un bon nombre de fois car au fur et à mesure des années (et de l’usage intensif) il commençait à se trouer et à perdre son rembourrage.Puis un jour, il disparut…

Plus tard, son nom me servira à surnommer quelqu’un que j’aime infiniment.

A 18 ans, j’ai reçu ..un ours que j’ai toujours d’ailleurs : »Maïa » qui avait un super copain « Kovsky » , le tout faisant Maïakovsky,poète russe qui dit un jour : « Je me suis oursifié »

Et vous,avez vous des histoires d’ours? 

Prenez le temps de regarder un extrait de ce superbe film de Jean Jacques Annaud.

 

[youtube]http://youtu.be/e9yF8QdENoc[/youtube]