C’est avec un « léger » contretemps que je fais l’article demandé par Jacques pour la communauté Musique à coeur …….ouvert 

Votre découverte musicale

Une seule découverte, défi pour moi.Dans quel domaine? Variété ou classique? Dans ma jeunesse ou maintenant? Il va bien falloir que je tranche ….

Si Les Poppys , Hugues Aufray, Claude François ont été les piliers de mon enfance (ainsi que Brel, Brassens, Ferrat, Réggiani and co..) Mozart, Verdi ,Puccini et tutti quanti ceux de mon debut de vie adulte jusqu’à maintenant….il y a eu quand même quelqu’un qui m’a touchée, émue, parlé et c’est bien la seule chose de formidable que m’a transmise ma prof d’Espagnol…

Je vous en ai déjà parlé c’est Paco Ibanez

Votre découverte musicale

Je commence par A galopar, poème de Rafael Alberti engagé dans le camp Républicain pendant la guerre civile Ce poème est devenu l’Hymne des Républicains.

A galopar

Las tierras, las tierras, las tierras de España,
las grandes, las solas, desiertas llanuras.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
al sol y a la luna.

¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar !

A corazón suenan, resuenan, resuenan
las tierras de España, en las herraduras.
Galopa, jinete del pueblo,
caballo cuatralbo,
caballo de espuma.

¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar !

Nadie, nadie, nadie, que enfrente no hay nadie ;
que es nadie la muerte si va en tu montura.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
que la tierra es tuya.

¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar !

 

TRADUCTION 

 

Au grand galop

Les terres, les terres, les terres d’Espagne
Les grandes, immenses, désertes étendues
Galope cheval balzan
Cavalier du peuple
Sous le soleil et la lune

Refrain : au galop, au grand galop
Jusqu’à les ensevelir dans la mer

Tel un cœur qui cogne, sonnent et résonnent
Les terres d’Espagne sous tes quatre fers
Galope cavalier du peuple
O cheval balzan
O cheval d’écume

Refrain

Personne, personne, en face personne
La mort n’est personne chevauchant avec toi
Galope, cheval balzan
Cavalier du peuple
Car la terre est tienne

Refrain

 [youtube]http://youtu.be/7T-QiqaNfk4[/youtube]

Oui, je sais , une seule vidéo….Eh bien…Choisissez… 🙂

Como tu

[youtube]http://youtu.be/Wj3iPcIr9zo[/youtube]

Comme Toi

Ainsi est ma vie, mon amour,

De pierre, comme toi

Comme toi Petite pierre, comme toi

Pierre légère, comme toi

Comme toi

Je chante que tu roules, comme toi

Sur les trottoirs, comme toi

Comme toi

Humble caillou, comme toi,

Des routes, comme toi

Comme toi

Petite pierre, comme toi

Comme toi

Humble caillou, comme toi,

Comme toi

Car, les jours de tempête,

comme toi,

Tu t’enfonces dans la terre, comme toi

Comme toi

Et après tu scintilles, comme toi,

Sous les sabots, sous les roues,

comme toi

Comme toi

Petite pierre, comme toi

Comme toi, humble caillou

Comme toi Comme toi

Car tu n’es pas faite pour être pierre, comme toi

Ni pierre d’un parvis, comme toi

Ni pierre d’un palais

Ni pierre d’une église

Ni pierre d’un palais de justice

Comme toi

Comme toi

Pierre aventurière, comme toi,

Car peut-être tu es faite, comme toi

Comme toi, juste pour une fronde

Comme toi

Petite pierre, comme toi

Comme toi

 

Une dernière…Mais entendre cette magnifique chanson chantée….par le public….Emotion….

[youtube]http://youtu.be/QxeFEBSAOUs[/youtube]

Andaluces de Jaen 

Dites moi du fond du cœur : Qui a fait naitre l’olivier ? O Andalous de Jaen, O Andalous de Jaen Ce ne fut pas le néant, Ni l’argent, ni le Seigneur, Mais la terre silencieuse, Le travail et la sueur, Avec l’aide de l’eau pure Et des planètes du ciel Ils ont donné à eux trois La beauté des troncs tordus O Andalous de Jaen Dites, Andalous de Jaen, Altiers ramasseurs d’olives Dites moi du fond du cœur, A qui sont ces oliviers ? O Andalous de Jaen, O Andalous de Jaen Combien de siècles d’olives Attachés là pieds et mains De l’aurore au clair de lune Pèsent leur poids sur vos reins, Jaen, dresse ton courage Sur tes grands rochers de lune, Tu ne vas pas être esclave Avec tous tes oliviers ! O Andalous de Jaen Dites Andalous de Jaen, Altiers ramasseurs d’olives, Dites moi du fond du cœur, A qui sont ces oliviers ? O Andalous de Jaen, O Andalous de Jaen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.