Apres le film,le livre d’Eric Holder.Si vous voulez en savoir plus sur cet écrivain allez lire l’interview qu’il a faite pour le magasine LIRE

Image Hosted by ImageShack.us Montmirail, Marne, 51. Antonio, un maçon portugais, croise un jour Véronique Chambon, l’institutrice de son fils. Entre eux se noue une idylle secrète, inavouée. Pourquoi et comment tombe-t-on amoureux ? Il peut suffire d’un regard timide, d’une sonate de violon, d’un champ de blé pour découvrir des sentiments et des émotions qu’on ne soupçonnait pas… Histoire d’une passion simple, Mademoiselle Chambon est aussi une chronique de la vie provinciale.

J’ai fait l’erreur de me précipiter pour acheter le livre en sortant de la séance de cinéma (pas de quoi se priver,il ne fait que 3€50) ou plutôt de le lire aussitôt arrivée chez moi….Ce n’est pas un livre épais  mais il est dense dans son contenu.
Du point de vue histoire proprement dite, le film a suivi à peu près (je ne peux pas en dire plus si certains(es) vont le voir mais sachez quand même que le roman est encore plus désespéré)

Tout d’abord le lieu de l’intrigue :Dans le film il se passe dans les Bouches du Rhône d’où le soleil quasiment omniprésent et qui allège l’atmosphère.Alors que Montmirail (3866 habitants en 2004) est décrit comme une petit ville grise et on sait très bien que la Marne n’est pas réputée (hélas pour nous, pauvres Marnais) pour son ensoleillement….

Dans le livre, l’amour d’Antonio (poncif du maçon Portugais?) et de Véronique démarre en Février et évolue au fil des saisons pour atteindre son point culminant en été et finir en Septembre avec l’automne donc…
Véronique Chambon va devenir amie avec la femme d’Antonio ,ce qui accentue le problème évidemment et ne fait que précipiter le dénouement vers le malheur.En effet ,cet amour condamné dès le départ a un effet désastreux sur Antonio qui fuit comme il peut dans une cause à laquelle il n’adhère pas ,comme un lent suicide…..Ce sera, pour lui, un très très  long hiver…..

J’étais déjà très remuée par le film mais la lecture du roman m’a achevée par sa désespérance.Je ne veux pas dire par là qu’il ne faut pas le lire car il est  excellent  ,écrit sans lyrisme,avec des phrases aux mots si bien choisis ,ciselésqu’ils mettent tout de suite dans l’ambiance,lourde ,feutrée comme il peut y en avoir dans les petites villes où il ne se passe pas grand chose et si bien décrite par d’autres auteurs avant lui,sans aucun effet de style (et du coup il a un style à lui,particulier)
Eric Holder raconte une histoire simple qui peut (hélas) arriver à tout le monde ,rend hommage aux gens simples eux aussi ,comme vous et moi.

[youtube width= »640″ height= »480″]http://youtu.be/QX-9ad-naok[/youtube]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.