Image Hosted by ImageShack.us

Au cours d’un braquage, pris en otages, une femme et son fils de 8 ans sont tués. L’un des braqueurs est condamné à la perpétuité, l’autre s’échappe     avec le butin. Quinze ans plus tard, atteint d’un cancer, le prisonnier formule un recours en grâce et demande, selon la loi italienne, le pardon de Silvano, père et mari des victimes.
La réponse de cet homme ravagé par la douleur et la solitude, obsédé par les dernières paroles de sa femme, est au centre de ce roman implacable qui place face à face l’assassin et la victime.

 

 

Image Hosted by ImageShack.us
Massimo CARLOTTO est né à Padoue en 1956 et vit à Cagliari. Très tôt militant au sein du groupe révolutionnaire d’extrême   gauche « Lotta continua », il est injustement condamné à 18 ans de réclusion après avoir découvert le corps d’une jeune femme, poignardée de 59 coups de couteau. Il a 19 ans.
L’histoire singulière et douloureuse de Massimo Carlotto se transformera au fil des années (jusqu’en 1993 où il obtient la grâce présidentielle) en véritable cas judiciaire (11 procès, 6 ans de   prison, 3 ans de cavale).
Il collabore à divers journaux et est l’auteur de nombreux romans, dont cinq sont déjà traduits en France : En fuite, La Vérité   de l’Alligator, Arrivederci amore, Le Maître des nœuds et L’Immense Obscurité de la mort. Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma.

undefinedundefined
Immense coup de coeur!!! Je ne sais pas si on peut qualifier ce roman de roman policier.Certes il y a un assassin ,des victimes mais l’essentiel n’est pas là.C’est un roman à deux voix.Vous  pénétrez dans la tête et les réflexions de 2 individus qu’apparemment tout sépare.Vous suivez pas à pas leur vie,leurs réflexions.
L’un ,un assassin condamné à perpétuité mais qui ,au bout de 15 ans, est atteint d’un cancer et n’a plus qu’une idée en tête: sortir de prison,récupérer sa part du butin par l’intermédiaire de son   complice qu’il n’a jamais dénoncé et partir très loin, mourir libre et au soleil…
De l’autre le mari et père,qui vit mécaniquement ,sans espoir ,sans but…qui attend.la mort.Et voilà que ,selon la loi italienne  ,il doit accorder ou non la grâce à celui qui lui a tout fait  perdre…..
Vous savez ce qui va se décider dans sa tête,pas de surprise….Mais c’est la manière de procéder, avec cruauté diront certains ,qui est intéressante…Avec ,sous jacentes, les failles de la société,de la justice…


Parallèle de deux solitudes ,
de deux enfers…Avec, malgré tout, un retournement de situation..Vous entrez dans ce livre et vous ne pouvez pas en sortir. Vous avez la   gorge nouée en permanence….Tout le long je me suis dit: »et si c’était toi,qu’est ce que tu ferais? »


A lire si on est en bonne forme psychologique…A lire pour réfléchir….

livrelivre Deuxième opus des aventures du profiler Tony Hill et de l’inspecteur chef Carol Jordan.Là Tony Hill met sur pied une cellule spéciale de profilage avec de jeunes   policiers encore inexperimentes en la matiere..Et pour leur faire faire leur gamme il leur demande comme exercice d’etudier un dossier de jeunes adolescentes disparues ..L’une de ses stagiaires   établit le portrait d’un éventuel serial killer et n’a plus qu’une idee en tete :prouver ses soupçons….
Carol Jordan ,elle,intègre de nouvelles fonctions et essaye tant bien que mal d’asseoir son autorite sur ses hommes …une enquête la conduit sur la piste d’un pyromane…
Elle fait appel à Tony pour l’aider à etablir le profil de cet homme et du coup se trouve melee à l’autre affaire…

J’ai bien aimé également ce 2ème volet (le 1er étant le chant des sirenes) même si j’ai trouvé certaines longueurs  du fait peut etre de cet emmêlement des 2 affaires..Le but n’est pas de trouver qui est ce serial killer,on le sait dès les 1eres pages ,mais de savoir comment s’y prendre pour le confondre…Une   centaine de pages vers la fin l’action s’accelere …mais…tout reste ouvert…Val Macdermid laisse au lecteur le soin d’imaginer une fin comme il le souhaite…Un bien ,un mal? Ca m’a laissee  perplexe …je me suis demande si elle se reservait le droit d’une suite…Apparemment ,non…En tout cas l’imagination a droit de cité mais c’est un peu destabilisant.,surtout dans ce genre de livre

LivreTrès grand moment de lecture!Style intéressant,histoire dense sans aucun temps morts! Vous êtes perpétuellement ballotes d’un indice à un autre qui se  contredisent et du coup vous ne parvenez pas à vous faire une idée….le détective est sec!!! lol
Vous entrez dans la peau du tueur parce que vous avez accès à une sorte de journal intime dans lequel il expose ses théories,ses fantasmes,leur réalisation…Ce qui fait froid dans le dos
Vous entrez dans la peau du psychologue -profiler qui essaye d’entrer dans celle du tueur(vous me suivez???) et vous avez des réflexions qui s’en dégagent…après tout,où est la différence entre les 2? Qu’est ce qui fait que le profiler est du cote du « bien »??? ça aussi ça fait froid dans le dos…la barrière bien -mal est ténue …il ne faut pas grand chose pour aller d’un cote ou de l’autre…
Il y a aussi les propres problèmes psychologiques du profiler qui ont quelque part un lien avec le tueur et qui lui donnent des difficultés à concevoir,à oser des relations suivies   avec quelqu’un…
Il y a aussi une sorte d’hommage à la police qui se démène pour arrêter le coupable..
Tout est lié,les problèmes lies à l’homosexualité sont posés et bien d’autres que je vous laisse découvrir!!!
ma PAL (Pile A Lire) s’allonge car Val McDermid a écrit pas mal de livres (dont quelques uns avec ces personnages là ) ….Et ma CB va crier car ils n’en ont aucun à la médiathèque!!!!! je   vais quand même leur soumettre ce nom…

Lundi ,moment très douloureux et difficile….Les funérailles du fils de Gérard Lemarié,dont je vous ai parlé puisque c’est lui qui anime les Rencontres Passerelles de l’école Reims Management School.Il avait 21 ans.

 

Plusieurs textes ont été lus ,tous plus beaux et  douloureux les uns que les autres …Pierre Teilhard de Chardin,St’Augustin.

 

Un, dont on ne connait pas l’origine exacte (C.Peguy? St Augustin ou Harry Scott Holland? )

Je vous mets ce texte d’ailleurs car s’il peut apporter par certains côtés la révolte devant cette abomination qu’est la mort, et surtout celle d’un jeune homme, il peut ,peut être, être source de reflexion pour d’autres…

 

La mort n’est rien,
Je suis seulement passé dans la pièce à côté :
Je suis moi : vous êtes vous.
Ce que nous étions les uns les autres,
Nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent,
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé comme il l’a toujours été,
Sans emphase d’aucune sorte, sans une trace d’ombre.
La vie signifie ce qu’elle a toujours signifiée.
Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de votre pensée,
Simplement parce que je suis hors de votre vue.
Je vous attends.
Je ne suis pas loin, je suis juste de l’autre côté du chemin.
Vous voyez tout est bien.

 

Mais c’est un autre texte qui m’a également touchée ,pour ne pas dire plus, et grâce au Net j’ai appris qu’il n’avait pas été écrit pour la circonstance

mais qu’il était l’oeuvre de  Michel Scouarnec AGE_1109263404.jpg(né en 1934) , prêtre catholique, auteur-compositeur et écrivain français. Il est prêtre du diocèse de Quimper (Finistère), professeur de liturgie et directeur de la radio du diocèse de Quimper.

Il est auteur et compositeur de chants religieux (en breton et en français) et profanes. Il est également connu pour sa réflexion théologique et pastorale.

 

Il restera de toi ce que tu as donné
Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.
Il restera de toi, de ton jardin secret,
Une fleur oubliée qui ne s’est pas fanée.

 

 

IMG_3050

 

Ce que tu as donné
En d’autres fleurira.
Celui qui perd sa vie
Un jour la retrouvera.

Il restera de toi ce que tu as offert
Entre tes bras ouverts un matin au soleil.

4586085200_ddec046568.jpg

Il restera ce que tu as perdu,
Que tu as attendu plus loin que tes réveils.
Ce que tu as souffert
En d’autres revivra.
Celui qui perd sa vie
Un jour la retrouvera.

Il restera de toi une larme tombée,
Un sourire germé sur les yeux de ton cœur.

 

4319345603_ee4783535e.jpg

Il restera de toi ce que tu as semé,
Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
Ce que tu as semé
En d’autres germera.
Celui qui perd sa vie
Un jour la retrouvera.

 

 

 

 

Lundi ,moment très douloureux et difficile….Les funérailles du fils de Gérard Lemarié,dont je vous ai parlé puisque c’est lui qui anime les Rencontres Passerelles de l’école Reims Management School.Il avait 21 ans.

 

Plusieurs textes ont été lus ,tous plus beaux et  douloureux les uns que les autres …Pierre Teilhard de Chardin,St’Augustin.

 

Un, dont on ne connait pas l’origine exacte (C.Peguy? St Augustin ou Harry Scott Holland? )

Je vous mets ce texte d’ailleurs car s’il peut apporter par certains côtés la révolte devant cette abomination qu’est la mort, et surtout celle d’un jeune homme, il peut ,peut être, être source de reflexion pour d’autres…

 

La mort n’est rien,
Je suis seulement passé dans la pièce à côté :
Je suis moi : vous êtes vous.
Ce que nous étions les uns les autres,
Nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent,
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé comme il l’a toujours été,
Sans emphase d’aucune sorte, sans une trace d’ombre.
La vie signifie ce qu’elle a toujours signifiée.
Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de votre pensée,
Simplement parce que je suis hors de votre vue.
Je vous attends.
Je ne suis pas loin, je suis juste de l’autre côté du chemin.
Vous voyez tout est bien.

 

Mais c’est un autre texte qui m’a également touchée ,pour ne pas dire plus, et grâce au Net j’ai appris qu’il n’avait pas été écrit pour la circonstance

mais qu’il était l’oeuvre de  Michel Scouarnec AGE_1109263404.jpg(né en 1934) , prêtre catholique, auteur-compositeur et écrivain français. Il est prêtre du diocèse de Quimper (Finistère), professeur de liturgie et directeur de la radio du diocèse de Quimper.

Il est auteur et compositeur de chants religieux (en breton et en français) et profanes. Il est également connu pour sa réflexion théologique et pastorale.

 

Il restera de toi ce que tu as donné
Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.
Il restera de toi, de ton jardin secret,
Une fleur oubliée qui ne s’est pas fanée.

 

 

IMG_3050

 

Ce que tu as donné
En d’autres fleurira.
Celui qui perd sa vie
Un jour la retrouvera.

Il restera de toi ce que tu as offert
Entre tes bras ouverts un matin au soleil.

4586085200_ddec046568.jpg

Il restera ce que tu as perdu,
Que tu as attendu plus loin que tes réveils.
Ce que tu as souffert
En d’autres revivra.
Celui qui perd sa vie
Un jour la retrouvera.

Il restera de toi une larme tombée,
Un sourire germé sur les yeux de ton cœur.

 

4319345603_ee4783535e.jpg

Il restera de toi ce que tu as semé,
Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
Ce que tu as semé
En d’autres germera.
Celui qui perd sa vie
Un jour la retrouvera.

 

 

 

 

Callophrys n’est plus.,Pyrausta est née! Toujours un papillon malgré tout. En recherchant un autre nom de cet insecte, je suis tombée amoureuse de celui ci  aux couleurs chaudes.Alors ,même si le nom ne fait pas forcement rêver, je l’ai pris …sous mon aile!! LOL!

 

Je vais rapatrier certains articles de mon autre blog.Ceux qui me tiennent à coeur pour multiples raisons.Le reste disparaitra un jour…Cette opération va se faire doucement car il faut tout copier/coller!!! Vous les retrouverez dans les diffferentes pages dans la colonne de droite.

 

Merci à vous qui me suivrez dans cette nouvelle ,mais semblable dans le fond,aventure…

Callophrys n’est plus.,Pyrausta est née! Toujours un papillon malgré tout. En recherchant un autre nom de cet insecte, je suis tombée amoureuse de celui ci  aux couleurs chaudes.Alors ,même si le nom ne fait pas forcement rêver, je l’ai pris …sous mon aile!! LOL!

 

Je vais rapatrier certains articles de mon autre blog.Ceux qui me tiennent à coeur pour multiples raisons.Le reste disparaitra un jour…Cette opération va se faire doucement car il faut tout copier/coller!!! Vous les retrouverez dans les diffferentes pages dans la colonne de droite.

 

Merci à vous qui me suivrez dans cette nouvelle ,mais semblable dans le fond,aventure…